Gestion responsable et durable

Politique d’investissement responsable et durable

Chaque comité de retraite a révisé et adopté à l’hiver 2023 une nouvelle Politique d’investissement responsable et durable. Celle-ci se trouve intégrée à la Politique de placement de chaque régime.

 

De nos jours, la gestion des facteurs environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance n’est plus seulement une question de valeurs; les facteurs ESG sont des risques au même titre que les risques de marchés ou l’amélioration de l’espérance de vie et les fiduciaires des régimes doivent en tenir compte.

 

Politique d’investissement responsable et durable

Cette politique s’articule autour des aspects suivants :

  1. la prise en compte des facteurs ESG dans la sélection de gestionnaires
  2. la gestion des droits de vote
  3. l’engagement actionnarial
  4. la mesure et la réduction de l’empreinte carbone
  5. l’amélioration de la communication et de la divulgation

Sélection et évaluation de gestionnaires

Lors de la sélection d’un gestionnaire, une portion du pointage des finalistes vise à évaluer l’importance de la prise en compte des facteurs ESG dans le processus d’investissement. Le Bureau de la retraite s’assure aussi que les gestionnaires en opération avec les régimes de l’UL visent à améliorer continuellement cette prise en compte.

Exercice des droits de vote

La firme Groupe Investissement responsable (GIR) exerce les droits de vote des régimes de retraite de l’Université Laval depuis plusieurs années. GIR les exerce en conformité avec des lignes directrices préétablies qui visent à une meilleure prise en compte des facteurs ESG.

Engagement actionnarial

Le Bureau de la retraite a contracté une entente avec le groupe SHARE pour participer au regroupement d’universités canadiennes pour effecteur de l’engagement actionnarial.

Le Bureau de la retraite identifie actuellement des titres détenus par les gestionnaires et qui pourraient faire l’objet de démarches visant l’amélioration de ces entreprises au niveau de la gestion en lien avec les facteurs ESG.

Réduction de l’empreinte carbone

Les comités de retraite de l’UL ont établi conjointement un objectif de réduction de l’empreinte carbone du portefeuille d’actions. Entre 2018 et 2022, l’empreinte carbone du portefeuille a réduit de 85 % et elle se situe à moins de 50 % de l’empreinte d’un portefeuille indiciel. Les comités de retraite ont été agréablement surpris de cette réduction, car elle n’était pas programmée, mais elle découle plutôt des styles de gestion et des préférences des gestionnaires actuels. Pour les prochaines années, les comités de retraite désirent se maintenir dans le peloton de tête à cet égard et ils visent à continuer de réduire l’empreinte carbone.

Les comités considèrent que l’empreinte carbone constitue une mesure de l’exposition des régimes de retraite de l’UL aux risques associés aux changements climatiques. La transition énergétique amorcée aura des impacts importants sur les entreprises et il est important de minimiser les risques pour les régimes de retraite et de profiter des opportunités qui se présenteront tout au cours de ce processus.